Hémorroïdes et homéopathie

0
818

Marre de vos problèmes d’hémorroïdes ?

Découvrez une méthode 100% Naturelle !

Ça gratte, ça brûle, c’est douloureux et gênant ! Les hémorroïdes se caractérisent par la formation de varices sur les veines de l’anus et/ou du rectum.

Une crise hémorroïdaire survient lorsque les vaisseaux sanguins qui tapissent la paroi de l’anus et assurent son étanchéité se dilatent, gonflent et sont dans un état inflammatoire. Elles se manifestent alors par de petites boules sensibles qui peuvent sortir l’anus et déclencher des douleurs, des difficultés de défécation et de petits saignements souvent sans grande gravité.

La crise d’hémorroïdes est une affection courante qui peut avoir différentes causes : hérédité, alimentation, constipation, grossesse…etc.

 

Grâce à plusieurs remèdes homéopathiques comme traitement palliatif ou de substitution, il est possible de soigner et de traiter cette pathologie hémorroïdaire.

 

LES HEMORROÏDES, UN BREF RAPPEL

 

Les hémorroïdes se caractérisent par un amas de vaisseaux sanguins dilatés au niveau de l’anus ou du rectum. Elles prennent la forme d’une varice et provoque l’apparition de petites boules à l’intérieur ou à l’extérieur de l’anus.

 

  1. Types d’hémorroïdes

Nous pouvons observer 02 types d’hémorroïdes :

 

                   Les hémorroïdes externes

image009

Les hémorroïdes externes apparaissent sous la peau à l’orifice de l’anus. Elles peuvent causer une enflure dans la région. Elles sont plus sensibles que les hémorroïdes internes, car il y a plus de fibres nerveuses sensitives dans cette région. De plus, le risque qu’un caillot de sang se forme dans une veine dilatée est plus grand que pour les hémorroïdes internes

                 Les hémorroïdes internes

Picture1.png

Les hémorroïdes externes se forment dans l’anus ou la partie inférieure du rectum. Elles forment une petite protubérance. On les classifie selon leur stade d’évolution. Elles tendent à progresser d’un degré à l’autre si rien n’est fait pour en freiner l’évolution.

  • Premier degré : L’hémorroïde demeure à l’intérieur de l’anus.
  • Deuxième degré : L’hémorroïde sort de l’anus au moment de la défécation, et revient en position normale à l’arrêt de l’effort.
  • Troisième degré : L’hémorroïde doit être replacée délicatement avec les doigts après la défécation.
  • Quatrième degré : L’hémorroïde reste en dehors car elle ne peut être replacée à l’intérieur de l’anus.

 

 

  1. Les symptômes des hémorroïdes

 

Les symptômes sont occasionnels et facilement reconnaissables :

 

  • Sensation de brûlure, de démangeaison ou d’inconfort dans la région anale.
  • Une gêne dans la zone anale, particulièrement en position assise.
  • Saignement et douleurs de différentes intensités au moment de la défécation.
  • Sensation de présence d’un œdème à l’intérieur du rectum.
  • Apparition de suintement de mucus par l’anus.
  • Apparition, en dehors de l’anus, de protubérances sensibles (seulement dans le cas d’hémorroïdes internes du 2e, 3e ou 4e degré).

 

Habituellement, une crise d’hémorroïdes dure quelques jours, puis les symptômes se résorbent.

 

Elles se manifestent à l’occasion de complications :

  • Thrombose hémorroïdaire, extrêmement douloureuse. Elle se produit lorsqu’un caillot se forme dans une veine hémorroïdaire superficielle.
  • Hémorragie (consulter dans ce cas, car le saignement peut être d’une autre origine : polype, tumeur, inflammation du colon…).
  • Prolapsus,
  • Fissure anale associée.

 

Les hémorroïdes peuvent entraîner un suintement de mucus, des démangeaisons, une défécation douloureuse ou même de l’inconfort en restant assis.

 

Facteurs de risque

 

  • Hérédité.
  • Sédentarité, mauvaises habitudes alimentaires.
  • Abus d’alcool et de nourritures épicées.
  • Troubles digestifs : constipation, colopathie.
  • Grossesse.
  • Longues périodes de station debout ou assis, efforts intenses.

 

 

  1. Cause des hémorroïdes

 

  • La vie sédentaire, la position assise ou debout prolongée.
  • Une maladie du tube digestif ou du foie, comme la cirrhose, qui peut entraîner une congestion sanguine en aval.
  • Des médicaments locaux : suppositoires, lavements, savonnages irritants…
  • Les troubles du transit intestinal : constipationdiarrhée.
  • Certains médicaments : prise de laxatifs irritants qui entraînent des efforts de poussée répétés et l’érosion des muqueuses rectales et anales, antidépresseurs
  • Des efforts physiques répétés et violents (déménageurs par exemple, sports violents, cyclisme, équitation..).
  • L’alimentation non équilibrée: alcool, épices, café, thé, tabac sont des alliés de la crise.
  • Une déshydratation est également un facteur déclenchant.
  • La grossesse, l’accouchement.
  • L’hérédité : prédisposition familiale).
  • Certaines activités sportives: cyclisme, équitation…
  • Certaines professions exposées : chauffeurs, pilotes…

 

 

HEMORROÏDES : QUAND LA CONSULTATION S’IMPOSE

 image015

 

image017

Courantes, les crises d’hémorroïdes durent rarement plus de 15 jours. Si ce n’est pas le cas et lorsque les crises deviennent trop fréquentes ou s’il y a saignement abondant, un avis médical est particulièrement conseillé. Par contre, il est reconnu médicalement que l’acte chirurgical est une dernière issue à éviter cependant, souvent discuté entre le proctologue et son patient pour exposer les risques encourus par l’intervention opératoire et n’est préconisé que lorsque tous les autres traitements ont échoué.

 

Pour mieux résorber encore cette pathologie invalidante et augmenter les chances de réussite du traitement médical, vous pouvez également décrire vos symptômes à un médecin homéopathe qui, par son expertise, vous préconisera un traitement palliatif ou de substitution.

 

Les hémorroïdes de stade 1 ou 2 étant assez difficile à détecter, il vaut mieux se faire ausculter par un médecin en cas d’écoulement de sang pendant ou après la selle, ou en cas de douleurs ou de démangeaisons à l’intérieur ou à l’extérieur de l’anus.

 

HEMORROÏDES : LES SOLUTIONS HOMÉOPATHIQUES

image019

Les douleurs hémorroïdaires ponctuelles ou récidivantes sont source d’un grand inconfort au quotidien. Lorsque la crise survient, un traitement homéopathique adapté peut  soulager ou traiter la crise hémorroïdaire en fonction de ses symptômes et des éventuelles habitudes du patient.

 

Outre une hygiène anale irréprochable et la prise d’un traitement médicamenteux adéquat prescrit par le médecin (antibiotiques, anti-inflammatoires ou veinotoniques tels que crèmes, suppositoires…,  certains remèdes homéopathiques peuvent aussi se révéler efficaces. Cette thérapie millénaire utilise 03 types de remèdes :

 

  • Des remèdes actifs directement sur les veines et les hémorroïdes.
  • Des remèdes de fond visant à réguler le transit.
  • Des remèdes plus généraux pour prévenir les récidives.

    1. Homéopathie et hémorroïdes : Les remèdes en fonction des symptômes

 image022

image024

Remède systématique

AESCULUS HIPPOCASTANUM 3 à 6 CH ou DH : la congestion veineuse est globale. Le sujet a une sensation d’aiguilles dans le rectum, de muqueuse sèche brûlante et excoriée. Les hémorroïdes sont soulagées par le froid (bain de siège ou compresses), aggravées par la chaleur et la station debout prolongée. 4 à 6 prises par jour.

 

En cas de saignement

ARNICA MONTANA 5 à 9 CH : vive sensation de contusion très aggravée au toucher. 4 à 6 prises par jour.

COLLINSONIA 4 à 7 CH : hémorroïdes chez la femme enceinte. 4 à 6 prises par jour.

HAMAMELIS VIRGINIANA 3 à 6 CH ou DH : avec hémorragies de sang noir et sensation d’éclatement des veines. Aggravation par la chaleur et au moindre contact. 4 à 6 prises par jour.

 

En cas de thrombose hémorroïdaire

ARNICA MONTANA 5 à 9 CH

LACHESIS MUTUS 4 à 7 CH : hémorroïdes en période prémenstruelle, améliorées dès l’apparition des règles. Hémorroïdes durant la ménopause. Elles sont violacées, douloureuses au contact, avec sensation de battement ou de constriction dans l’anus. Les douleurs sont améliorées par le saignement et aggravées par la chaleur. 4 à 6 prises par jour.

MURIATICUM ACIDUM 7 CH : hémorroïdes gonflées, bleu foncé et saillantes. Le contact est insupportable. 4 à 6 prises par jour.

Fissure anale associée

GRAPHITES 4 à 7 CH : chez le constipé chronique. 4 à 6 prises par jour.

NITRICUM ACIDUM 4 à 7 CH : avec douleurs violentes durant la selle, prurit et suintement. 4 à 6 prises par jour.

RATANHIA 4 à 5 CH : avec douleurs brûlantes et pruriantes longtemps après la selle. 4 à 6 prises par jour.

Prurit anal

PAEONIA 3 à 6 CH : hémorroïdes inflammatoires, très pruriantes, sensibles au toucher, grattage et parfois suintement. 4 à 6 prises par jour.

RATANHIA 4 à 5 CH : avec douleurs brûlantes et pruriantes longtemps après la selle. 4 à 6 prises par jour.

 

2. Homéopathie et hémorroïdes : Les remèdes en fonction du terrain et des récidives

image026

NUX VOMICA 5 CH : 2 granules 3 fois par jour à prendre en cas de crise chez les sujets sédentarisés, après un repas trop épicé et/ou alcoolisé.

MERCURIUS CORROSIVUS 10 DH : 2 granules 3 fois par jour pour réduire les saignements.

HAMAMELIS 5 CH associé à AESCULUS HIPPOCASTANUM 5 CH : 2 granules de chacune de ces solutions 3 fois par jour lorsque les hémorroïdes sont rouges et volumineuses.

PAEONIA 5 CH : 2 granules 3 fois par jour en cas de douleurs type échardes avant et après les selles. Ce médicament est aussi très efficace contre les fissures.

SULFUR 5 CH : 2 granules 3 fois par jour (et 3 granules au coucher pour les cas chroniques) en cas de démangeaisons, brûlures et suintements de la région anale.

COLLINSONIA 5 CH : 2 granules 3 fois par jour lorsque l’hémorroïde est accompagnée de démangeaisons et de constipation.

 

  1. Homéopathie et hémorroïdes : Les remèdes symptomatologiques

image028

LACHESIS MUTUS

Hémorroïdes procidentes, violacées, avec douleurs battantes ou avec sensation de constriction de l’anus, qui sont améliorées en saignant.

Aggravation par la chaleur.

MURIATICUM ACIDUM

Hémorroïdes gonflées, bleu foncé, extrêmement sensibles au toucher.

Le malade ne peut supporter le plus léger contact.

ARNICA MONTANA

Remède des veines et des capillaires veineux.

Sensation de contusion aggravée par le plus léger attouchement.

AESCULUS HIPPOCASTANUM

Hypertension portale avec douleurs lombaires et sacro-iliaques.

Hémorroïdes qui saignent peu, donnant l’impression d’avoir des aiguilles dans le rectum.

Aggravation par la chaleur (Sulfur) et amélioration par un exercice modéré (Sepia).

ALOE SOCOTRINA

Hémorroïdes brûlantes, douloureuses, saillantes, comme une grappe de raisin, de couleur bleutée, laissant échapper involontairement des matières ou du mucus comme de la gelée.

 

  1. Homéopathie et hémorroïdes : Les remèdes symptomatiques chroniques

image030 

COLLINSONIA CANADENSIS

Hémorroïdes qui ont tendance à saigner chez les constipés, avec grosses selles dures.

HAMAMELIS

Hémorroïdes bleuâtres, douloureuses au moindre contact ou à la moindre secousse.

Impression d’éclatement des veines.

GRAPHITES

Hémorroïdes avec fissures douloureuses mais sans ténesme, et suintement caractéristique épais, jaune comme du miel.

KALIUM CARBONICUM

Hémorroïdes procidentes, douloureuses, lancinantes, saignant abondamment.

Amélioration par le froid ou assis sur un siège dur.

Dyspepsie flatulente avec éructations sures et pyrosis.

NITRICUM ACIDUM

Fissures hémorroïdaires, souvent radiées autour de l’anus.

Douleurs en piqûre d’écharde, aggravées pendant la selle et qui durent longtemps après son expulsion par spasme sphinctérien (Paeonia, Ratanhia).

FLUORICUM ACIDUM

Prurit anal, hémorroïdaire ou non, aggravé par la chaleur et amélioré par les applications froides.

 

            5. Homéopathie et hémorroïdes : Les remèdes de fond

 

image032 

 

SULFUR

Sujets psoriques, congestifs.

Manifestations alternantes et périodiques.

Amélioration générale par le frais.

NUX VOMICA

Sujets sédentaires asthéniques, faisant abus de repas riches, de spiritueux, de laxatifs.

Constipation avec envies mal satisfaites.

Hémorroïdes améliorées par des applications froides (Sulfur).

LYCOPODIUM

Sujets sédentaires asthéniques.

Insuffisance hépatique et rénale.

Dyspepsie flatulente.

SEPIA

Généralement femmes brunes asthéniques.

Tendance aux troubles hépatiques et à la congestion pelvienne.

Ptôses viscérales multiples.

Insuffisance veineuse.

CALCAREA FLUORICA

Action sur les fibres élastiques du tissu conjonctif et des parois vasculaires.

Haut du formulaire

Bas du formulaire

  

  1. Homéopathie et hémorroïdes : Le traitement des crises d’hémorroïdes

image034

L’HAMAMELIS VIRGINIANA ET COLLINSONIA CANADENSIS soulage les hémorroïdes causées par une constipation ou une grossesse, se caractérisant par des saignements plus ou moins abondants.

AESCULUS est préconisé à ceux qui souffrent de sensation de piqûres.

ARNICA MONTANA permet de traiter les hémorroïdes accompagnées de contusion rectale

MURIATICUM ACIDUM est le remède le plus indiqué si les crises sont favorisées par la chaleur ou si les hémorroïdes sont sensibles au toucher.

7. Homéopathie et hémorroïdes : Le traitement des symptômes des hémorroïdes

image036

ALOE SOCOTRINA est recommandé dans le cas où les hémorroïdes sont diarrhéiques et/ou se caractérisent par des douleurs acérées accompagnées de suintement incontrôlé de matière fécale.

LACHESIS MUTUS est prescrit aux femmes dont les hémorroïdes surviennent avant les règles.

KALIUM CARBONICUM conviennent à ceux qui souffrent également de troubles digestifs.

FLUORICUM ACIDUM, il permet de venir à bout des démangeaisons aggravées par la chaleur et améliorées par le froid.

8. Homéopathie et hémorroïdes : Se débarrasser définitivement des hémorroïdes

image038

La plupart du temps, les homéopathes prescrivent des traitements à base de Lachesis, de GRAPHITES, de Sulfur et/ou de Sepia pour guérir leurs patients des hémorroïdes. Cependant, si ces dernières provoquent des constipations, des épreintes ou des fissures anales, NUX VOMICA et RATHANIA sont plus efficaces. Par ailleurs, si elles sont d’origine parasitaire et causent une ulcération ou une suppuration à l’intérieur du rectum, le mieux est d’avoir recours au Silice. Enfin, les hémorroïdes hémorragiques et dysentériques peuvent être traitées avec Ficus RELIGIOSA, lequel permet une rémission rapide.

image040

SHARE

LEAVE A REPLY