Les hémorroïdes et la maladie hémorroïdaire

0
800
Tired woman in the office

Définition

On appelle par « hémorroïdes » l’ensemble des  veines situées au niveau des muqueuses rectales et anales. Elles sont des structures anatomiques normales et naturelles, présentes chez tous les individus, les 02 sexes confondus, et interviennent dans la continence et le tonus sphinctérien au repos, en contribuant ainsi à la fermeture de l’anus.

Cependant, lorsque ces veines hémorroïdaires se dilatent et les tissus vascularisés du plexus recto-anal sont tuméfiés pour diverses raisons, surtout lors de la défécation, et subissent parfois une inflammation de façon permanente, on parle alors de «maladie hémorroïdaire».

Comme énumérées dans le chapitre suivant réservé essentiellement aux causes de cette maladie, nous pouvons indiquer déjà que la constipation, une alimentation non surveillée, la grossesse et la perte de tonus des tissus qui apparait avec l’âge, en sont les principales causes. Il est aussi utile de savoir que la maladie hémorroïdaire peut toucher tous les âges, mais reste plus fréquente chez les adultes de plus de 50 ans. Par contre, chez les femmes enceintes, les symptômes d’hémorroïdes se résorbent et disparaissent généralement après l’accouchement.

 

Les causes des hémorroïdes

  • La vie sédentaire, la position assise ou debout prolongée.
  • Une maladie du tube digestif ou du foie, comme la cirrhose, qui peut entraîner une congestion sanguine en aval.
  • Des médicaments locaux : suppositoires, lavements, savonnages irritants...
  • Les troubles du transit intestinal : constipationdiarrhée.
  • Certains médicaments : prise de laxatifs irritants qui entraînent des efforts de poussée répétés et l’érosion des muqueuses rectales et anales, antidépresseurs...
  • Des efforts physiques répétés et violents (déménageurs par exemple, sports violents, cyclisme, équitation..).
  • L'alimentation non équilibrée: alcool, épices, café, thé, tabac sont des alliés de la crise.
  • Une déshydratation est également un facteur déclenchant.
  • La grossesse, l'accouchement.
  • L'hérédité : prédisposition familiale).
  • Certaines activités sportives: cyclisme, équitation...
  • Certaines professions exposées : chauffeurs, pilotes...
  1. Troubles vasculaires et faiblesse des parois veineuses
  • Obésité
  • Changements hormonaux : grossesse, accouchement, période prémenstruelle, contraception.
  • Prédisposition génétique.

2. Pression constante Et/ou diminution du tonus de la région anale

  • Vélo, motocyclisme, équitation
  • Constipation chronique : Apport insuffisant en eau, alimentation pauvre en fibres, manque d’exercices physiques.
  • Position assise prolongée.
  • Grossesse et accouchement

3. Irritation chronique

  • Excès d’alcool, de café, de thé, de colas, d’épices…
  • Prise excessive de médicaments : antibiotiques, laxatifs, suppositoires.
  • Rapport sexuel anal.
  • Diarrhée chronique et persistante.

 

Types d’hémorroïdes

Nous pouvons observer 02 types d’hémorroïdes :

1.  Les hémorroïdes externes

Les hémorroïdes externes apparaissent sous la peau à l’orifice de l’anus. Elles peuvent causer une enflure dans la région. Elles sont plus sensibles que les hémorroïdes internes, car il y a plus de fibres nerveuses sensitives dans cette région. De plus, le risque qu’un caillot de sang se forme dans une veine dilatée est plus grand que pour les hémorroïdes internes

 

Et si ce livre était ... la solution à

vos problèmes d’hémorroïdes ?

Découvrez une méthode 100% naturelle pour

vous débarrasser de vos soucis!

2.  Les hémorroïdes internes

Les hémorroïdes externes se forment dans l’anus ou la partie inférieure du rectum. Elles forment une petite protubérance. On les classifie selon leur stade d’évolution. Elles tendent à progresser d’un degré à l’autre si rien n’est fait pour en freiner l’évolution.

  • Premier degré. L’hémorroïde demeure à l’intérieur de l’anus.
  • Deuxième degré. L’hémorroïde sort de l’anus au moment de la défécation, et revient en position normale à l’arrêt de l’effort.
  • Troisième degré. L’hémorroïde doit être replacée délicatement avec les doigts après la défécation.
  • Quatrième degré. L’hémorroïde reste en dehors car elle ne peut être replacée à l’intérieur de l’anus.

 

Comment reconnaître une hémorroïde

Les symptômes sont occasionnels et facilement reconnaissables :

  • Sensation de brûlure, de démangeaison ou d'inconfort dans la région anale.
  • Une gêne dans la zone anale, particulièrement en position assise.
  • Saignement et douleurs de différentes intensités au moment de la défécation.
  • Sensation de présence d’un œdème à l'intérieur du rectum.
  • Apparition de suintement de mucus par l’anus.
  • Apparition, en dehors de l’anus, de protubérances sensibles (seulement dans le cas d’hémorroïdes internes du 2e, 3e ou 4e degré).

Habituellement, une crise d’hémorroïdes dure quelques jours, puis les symptômes se résorbent.

 

Attention : d’autres maladies sont parfois en cause

Même si les hémorroïdes sont des maladies bénignes et faciles à traiter, il est toutefois conseillé de consulter un médecin afin d'éliminer d'autres maladies graves sous-jacentes. Il est surtout alarmant lorsque la malade constate que la crise hémorroïdaire est suivie des saignements ou par l’apparition de sang dans les selles. Ces symptômes peuvent être les signes des maladies graves suivantes :

  • Polypes adénomateux
  • Tumeur au niveau du colon
  • Fissure anale
  • Cancer de l'anus
  • Lésions de grattage
  • Ulcération thermométrique
  • Rectite
  • Rectocolite hémorragique
  • Carcinome de l'anus

Bon à savoir : Il est important que le médecin fasse la différence entre les hémorroïdes et ces maladies du rectum, de l'anus ou d’un organe du tube digestif, afin de procéder à une prise en charge précoce et adéquate.

 

Traitement des hémorroïdes

Les mesures hygiéno-diététiques

Elles reposent sur quelques conseils utiles d’hygiène générale:

  • Hygiène de la vie régulière ; douches régulières, hygiène de la zone anale….
  • Supprimer les épices et les boissons alcoolisées.
  • Régulariser le transit intestinal, notamment pour les personnes sujettes à des constipations fréquentes, en suivant un régime riche en fibres alimentaires et en s’habituant à prendre un verre d’eau le matin, à jeun.
  • Éviter les laxatifs stimulantset, en cas de nécessité, alterner les laxatifs osmotiques, de lest ou lubrifiant.
  • Il faudra penser à porter des slips en cotonnade ou en fil pour éviter les transpirations et donc les irritations de la zone anale.
  • Remplacer le papier hygiénique habituel par du coton imbibé de lotion à base d'huile d'amande douce.

 

Les médicaments

Il existe 02 types de médicaments contre les hémorroïdes :

Les veinotoniques sont utiles au cours des crises aiguës de la maladie hémorroïdaire. Même si ce n’est pas en soi une maladie vasculaire, ce traitement peut résorber ce problème hémorroïdaire puisqu’il s’agit d’anomalies de veines recto-anales

Les traitements locaux (pommades, crèmes, suppositoires), c’est-à-dire des médicaments à appliquer directement sur la zone recto-anale malade et douloureuse.

 

Le traitement instrumental

Il est généralement effectué au terme d’une période inflammatoire ou congestive. Ce traitement utilise  5 techniques exécutées chacune au cours d'un examen d’anuscopie :

  • Les injections sclérosantesconsistent à injecter dans la sous-muqueuse rectale, au dessus des hémorroïdes, 1 à 2 centimètres-cubes d'un produit sclérosant.

 

  • La photocoagulationconsiste à utiliser une sonde infrarouge qui, lorsqu’elle est effectuée en zone sus-hémorroïdaire, elle provoque une coagulation vasculaire et une sclérose sous-muqueuse cicatricielle. Son efficacité est comparable à celle des injections sclérosantes et elle en a les mêmes indications.

 

  • La destruction par laser : consiste à « détruire » les hémorroïdes congestionnées sur le plexus recto-anal grâce à l’utilisation d’un faisceau laser.

 

  • Les ligatures élastiquesconsistent, dans un premier temps, à placer un anneau élastique à la base du paquet hémorroïdaire, en zone sus-hémorroïdaire et, à procéder à une opération d’aspiration de la muqueuse effectuée grâce à un appareillage. Cette technique est en définitive une véritable opération d’hémorroïdectomie (ablation des hémorroïdes). La nécrose ischémique tissulaire avec élimination de l'hémorroïde qui en résulte est obtenue une semaine environ après le traitement. Ce traitement est indiqué aux hémorroïdes procidentes du stade I ou II, autrement dit les hémorroïdes pour lesquelles les injections sclérosantes peuvent être insuffisantes et la chirurgie non encore indiquée.

 

  • La cryothérapieconsiste à provoquer, grâce à un matériel de cryogénie, une congélation du tissu hémorroïdaire qui sera nécrosé au moyen d'une sonde parcourue par du protoxyde d'azote. Généralement associée aux ligatures, elle semble en augmenter l'efficacité.

La chirurgie

La chirurgie ne sera indiquée qu'après échec des traitements médicaux et instrumentaux précédents bien conduits et n’ayant pas donné des résultats probants et satisfaisants, rendant de ce fait la maladie hémorroïdaire invalidante.

L'indication du traitement chirurgical peut être posée d'emblée devant une procidence hémorroïdaire permanente (stade III) ou une thrombose hémorroïdaire interne circulaire irréductible.

Le traitement des thromboses utilise surtout l'excision, chaque fois qu'elle est possible. Elle peut être est réalisée, sous anesthésie locale à la xylocaïne, en milieu hospitalier ou dans un cabinet du médecin.

Les formes semi-circulaires ou circulaires, souvent très œdémateuses, peuvent nécessiter une hémorroïdectomie (ablation des hémorroïdes) en urgence. Cette intervention est bien codifiée et ses résultats à long terme sont excellents lorsqu'elle est pratiquée par un opérateur entraîné. Les soins postopératoires sont très importants car un suivi méticuleux et efficace  facilitera sans doute le transit intestinal et la cicatrisation.

 

La prévention des hémorroïdes

Voici quelques petits conseils pour prévenir des hémorroïdes :

  • Allez à la selle dès que le besoin s'en fait sentir parce que la matière fécale pourrait durcir et irriter les hémorroïdes.
  • Evitez de faire des efforts intenses pour déféquer et ne restez pas assis sur le siège des toilettes pendant trop longtemps.
  • Buvez au moins 1 litre d'eau par jour.
  • Consommez des aliments à forte teneur en fibres, ex : des produits faits de grains entiers, des légumes et des fruits frais, plus particulièrement des pruneaux et du son.
  • Faites beaucoup d'exercices et évitez de rester assis pendant trop longtemps.
  • Faire régulièrement de la marche cadencée et de petites promenades;
  • Perdez le poids excédentaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here